La ville à la limite…

Temps de lecture : 1 minute


Un nouveau monde à la limite du possible, à la pointe du faisable… C’est l’écrivain Aurélien Bellanger qui nous offre les mots d’ouverture de ce carnet de brousse1 :

[…] si l’on est lucide, la construction d’une ville constitue le plus grand déchaînement d’hubris possible. C’est complètement fou, cela relève d’un pacte luciférien et les villes sont des vaisseaux qui nous embarquent au cœur d’une modernité qu’on ne contrôle plus et dont on ne sait pas fondamentalement si elle est soutenable. […] comment toute cette construction humaine ne bascule-t-elle pas dans le chaos en permanence ? Comment tout cela ne dégénère-t-il pas ?

La mégapole est un théâtre ouvert à tous, où se joue la scène de la puissance et de la raison. Le gratte-ciel y joue le tout premier rôle. Il est presque toujours le résultat d’un magnifique travail d’architecte, d’ingénieur et de bâtisseur mais sa « cause finale » n’est jamais certaine. S’agit-il d’une réponse raisonnable à un besoin d’efficacité urbaine (les premiers gratte-ciels de Chicago…), ou bien d’une puissance pure qui ne peut que se dresser sans raison (Burj Khalifa…) ?

Imaginons maintenant nos mégapoles numériques tout en relisant cette citation de Bellanger, et demandons-nous aussi quels en sont les signes d’hubris, les gratte-ciels…


Version pdf : La ville à la limite…


1. Damien Augias et Nonfiction pour Slate — 3 juin 2017 — Aurélien Bellanger : « J’aime cette idée que la France n’est pas un vrai pays »

Vous pourriez aussi apprécier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.